Jean-Benoît Culot

biographie

Repères

1956 Naissance à Paris le 19 août 1956

1974 Rock garage avec Overdose (photo)

1978 Révélation du jazz en 1979 à la Grande Parade du Jazz de Nice. Patchwork jazz band (photo)

1980 Dominique Voquer / Tony Pagano « Un tournant pour mes oreilles » (photos)

1984 Ifriqiya ; Renald Fleury (photo) ; 5 ans, un disque Live en mars 1989

1986 Berklee College of Music, rencontre les frères Boclé, Ira Coleman, David Kikoski…
« la grande claque »...)

1989 Naissance d’Antoine - Eniotna ; musique et peinture : 14 ans, 4 album ; l'aventure Ethno jazz
Création D'Arts Vivants

1994 Le Crescent à Mâcon ; l’esprit collectif !!! le Petit Opportun à Paris. « les Mutants ! »
Création du CJBN

2004 Five ; Nicolas Guillemin 5 ans, 3 cd
Jazz à la Poterne : Priscilia Valdazo

2005 Création du Minifest

2009 Love Song ; Éric Prost 5 ans, 5 cd
Bop de rue ; Gaël Horellou

2011 LFC ; Nicolas Leneveu
RonÉBen

2013 Ancient Ritual : Patrick Martin

2014 Culot-Liebman Project : Résidence, concerts et enregistrement d'un album avec le saxophoniste américain Dave Liebman (27 au 29 mars).

2018 C3 : Culot / Montana / Fleury ; sortie du disque en novembre « Direction » ARVI 48

Bio détaillée

Il a joué avec Éric Lelann, Steve Lacy, Stephane Belmondo, Dave Liebman, Michel Grailler, Éric Barret, Steve Potts, Emmanuel Bex, Alain Jean-Marie, Siegfried Kessler, Pierrick Pedron, Jean Aussanaire, Tom McClung, Baptiste Herbin, Yoni Zelnik, Philippe Carment, Hugo Lippi, Christophe Monniot...

1974 – Rock

Overdose

« On a commencé sur le « tas » zéro part, zéro prof ; le rock est ma première expérience de groupe ; une bande de copains qui décident « et pourquoi pas nous ? » Overdose : du rock garage, répétition tous les jours, un camion, une sono, un light show, MJC et surboum…
Et un jour le guitariste quitte le groupe ; tout s'effondre…

1979 – Jazz

Juillet… La grande parade du jazz à Nice, j'y vais contraint et forcé ; et là, le Choc du swing ! Panama Francis and the Savoy Sultans, Dizzy, Al Haig ; le swing, la classe, la simplicité du batteur qui monte tranquille ses cymbales devant le publique ; pas de chichi, et surtout ce balancement léger souple, le swing ; vacciné pour le jazz.
Patchwork un groupe de potes ; le sonorisateur d'Overdose se met au saxo, le bassiste à la contrebasse et Hop on répète acoustique dans la cave de mes parents ; du blues, Blue Bossa ; les bars ! Et le premier 45 tour !

1980 – Dominique Voquer

Impulsion quartet, le premier groupe de jazz caennais en live ! Ça swingue Dub et Doudou !
Dominique le premier qui m'invite à jouer en trio avec Jean Pierre Almy et très vite Tony Pagano…  « L’Américain » : un tournant pour mes oreilles…
Ça fait bientôt huit ans que Dominique est parti ; il me manque.

1983 – Boston Berklee college of Music, « summer session »

Wooahhh, les « Blacks », ça barde, les Boclé brothers m’accueillent, Ira Coleman, David Kikoski...  J'ai l'envie mais... J’arrête six mois à mon retour, les Américains m'ont atterré.

1984 – Martial Pardo

Il veut jouer avec moi, c'est mon gendre ; Impossible d’arrêter le jazz !
Je redémarre et là : Ron.

1984 – Ron ; Rénald Fleury… je me souviens

Répétition dans le studio de Martial, rue Saint-Martin à Caen.
Il dit « Scrapple From the Apple » et direct ça l'fait grave ; le smile, le swing le groove, la terre.
Mon ami Ron ; 35 ans que ça dure… MY MAN
Ifriqiya musique jazz Maghreb, un vrai groupe, un beau projet, un très beau disque « Pierres écrites »
J’arrête ; j’arrête toujours les groupes qui marchent...

1989 – Antoine – Eniotna : naissance de mon fils et de MON groupe

Mon fils m'a explosé.
J'ai composé, envie d'un groupe provincial régulier ; après deux ans de jam sessions à Paris au Magnétic Terrasses de 1987 à 1988 ou je prends des « tôles »
Art Taylor, Mc Lean, Roy, Elvin, Billy : bon, on arrête le bebop.

Eniotna : répétitions tous les lundis pendant 14 ans
5 disques, 200 concerts
Un vrai groupe ethnojazz free ; puis free free ; 2004 J'arrête mon propre groupe !!!

1991 – Emmanuel Duprey ; CJA ; Le Petit Marcelot ; Petit Opportun ; RONEBEN

Les Nuits Blanches du Petit Opportun, le Crescent à Mâcon ; le quintet, le Petit Marcelot (OJBN)
Et Manu reste à Paris et moi à Caen, il joue avec les grands, moi avec les normands ; un petit complexe d’infériorité, sûrement.
Mais on est reparti en 2009 avec RONEBEN et là, ça smile…

1991 – Bex, Le Petit Marcelot

Il me voit jouer avec le Petit Marcelot (je dis « il » car c'est quand même Môssieur Bex, le normand qui a réussi !!!)
Le lundi… Manu : « Allô c'est Manu, serais-tu libre pour remplacer Aldo (Romano) au Petit Opportun (le temple du jazz) avec moi et Éric Barret dans 15 jours !?
JB : ...silence ; JB : tu t'es trompé d'adresse Manu, ici c'est Jean-Ben !
Manu : mais non je t'ai vu jouer avec le Petit Marcelot hier, ça me plait, je t'invite
JB… ben oui, merci, bon ben ok, à dans 15 jours au PO »
INCROYABLE, je travaille tous les morceaux de Bex et le vendredi au Petit Op’ avec Éric Barret on joue des standards devant 3 personnes...
Mais grâce à Monsieur Bex la vie à Paris à commencer ; merci Manu.

1994 – Les Mutants

J’arrive à Mâcon avec Nicolas Talbot, pour jouer avec Gaël Horellou "le trio du Dr Philippe". Après sept heures, le père de Gaël me voit "on a besoin d'un batteur", je me gare et hop c'est parti avec François Gallix, Gaël Horellou et Éric Prost et c'est non-stop jusqu'au dimanche, on joue, on joue et on joue avec tout le monde ; le grand Alain Jean Marie, les fous du Mû, les élèves. Du jazz, acoustique qui swingue, sans se poser de question "on n’est pas des blacks". Ça décoiffe, de l'envie, la Joie, des rencontres... Une urgence !
Je rentre à Caen et avec Nicolas et avec tous les zicos on crée le CJBN (Collectif Jazz de Basse-Normandie). Concert au Zénith de Caen puis un festival de quatre jours quatre fois par ans à La Volute, on se pèle mais ça joue, on invite les amis Paris, Rouen, le Havre...

Jean-Benoît Culot quintet, chaque mois quatre jours à Caen à la Cave des Cordeliers, puis quatre jours à Paris au Petit Opportun, puis quatre jours à Mâcon au Crescent ; l’époque « apprentissage vite, fort et longtemps » ! Payé en liquide (surtout whisky coca). Duprey, Prost, Talbot, Horellou, Tassel, Temime, Bocquel, Pedron… les Nuits Blanches, jam toute la nuit... Et quand Georges Brown débarque, putain le son…
Une fois jusqu'à 11h du mat pour finir « saucisses frites » au Benjamin avec Éric Le Lann...
Bernard Rabot "au secours le jazz revient" !

2002 – Fin du Petit Opportun

Merci Bernard et Catherine

2004 – Nicolas Guillemet, Five

Un mec qui jouait toujours comme si c’était à chaque fois la dernière fois. L’écorché vif, la musique pure. La mort l'a fauché en plein vol !

2004 – Priscilia Valdazo, Jazz à La Poterne

1998, Elle joue du violoncelle sur le disque JBC live à Puzzle, elle a vingt ans et me dit "un jour, je jouerai de la contrebasse et tu seras mon batteur".
En 2003 elle m'invite à jouer avec François Chesnel et on recommence jazz à la Poterne tous les jeudis ; Écart, PVT, la Maîtrise, rencontre avec Leo !
Priscilia une voix, une voie originale, son chemin.

2005 – Minifest

Je me fais virer du CJBN en 2000 (place aux jeunes !) Je pars définitivement en 2004, pour refaire vivre le swing, j'organise le Minifest au El camino « le plus grand des petits festivals », au début avec François Chesnel, puis depuis 10 ans avec Nicolas Leneveu, JoJo. Une petite association qui ne connaît pas la crise.
10 concerts en 5 jours + jam tous les soir, l’esprit Crescent !

2009 – Love Song, Éric Prost

Retour en juin 94 à Mâcon
En descendant Rue Rambuteau il jouait St Thomas de Rollins. Je l'ai toujours aimé, le son du jazz, la liberté. Il est toujours passé entre les gouttes, j'ai arrêté beaucoup de groupe, il est toujours resté dans mon cœur et dans mes musiques.

2009 – Nicolas Leneveu

Un jeune gars qui passe un concours au CRR (il joue du Rollins !) « J’aimerais faire un groupe avec Bastien Lambert, un hommage à Sonny Rollins » Yes, Trio puis quartet puis LFC
Répétitions chaque semaine depuis 10 ans, un fidèle, droit dans ses bottes ; mon lieutenant au Minifest

2012 – Gaël Horellou

Vite, fort et longtemps, la cave des cordeliers
Stage d'été du Caen Jazz Action ; je passe dans les cours, un gamin de 14 ans, son saxophone alto plus grand que lui ; un son !
J'ai vu deux élèves doués comme lui dans ma vie.
Un gars qui suit son chemin ; caractère fort ; j'en ai chié avec lui ; mais ça valait le coup : vite fort et longtemps

2013 – Patrick Martin ; l'homme des bois

Après un arrêt brutal, Eniotna en 2004 il part sur les chemins ; en 2013 avec Rénald on recommence
Les Ancient Ritual ; les vieux potes ; Patrick, le combat spirituel permanent, toujours sincère.

Avec le batteur Greg Hutchinson
á l'occasion de la Nuit du Jazz 2013

2013 – Leo Montana ; le « non ego love »

Le pianiste rêvé, au service du groupe ouf, une sensibilité, c'est toujours un bonheur de jouer avec lui, l'aventure intérieurs, le romantisme swing, Elvin dit « Jouer avec John Coltrane c'est faire un merveilleux cauchemar »… jouer avec Leo, c'est vivre un rêve éveillé, tout devient facile, la musique se fait ; C3, quartet avec Éric, l'aventure avec Dave.

2014 – Dave Liebman ; épisodes 1 et 2

1993 Papaq groupe de quatre percussionnistes. Frank Enouf le batteur va à une master class de Dave Liebman "Bonjour, je sais que vous aimez les groupes de percussionnistes, voici notre disque, j’espère qu'il vous plaira... "
"merci, pouvez-vous jouez, nous n’avons pas de batteur. " Et là, Franck se fait engueuler pas Dave qui le remplace à la batterie ! "Look, that's drum... " (on apprend toujours plus d'un échec que d'un succès)
Il prend une tôle ; mais quinze jours plus tard, Dave nous rappelle et veut enregistrer et jouer avec nous ! Wouahh, deux ans de bonheur un disque et un concert à vannes.
Puis Dave repart et j’arrête Papaq.
Vingt ans après, en 2013 lors d'une jam au Sunside avec Michael Cheret et Priscilia Valdazo, Mike nous dit "on a un invité pour la première partie, c'est Dave Liebman !"
On se revoit ; le même feeling, ça swingue, Dave : "N'oublie jamais qu'Elvin a toujours swingué !!!"
J'organise en 2014 « From Broadway to Mingus » avec Jean-Charles Richard, Leo et Ron, quatre jours de vie avec Dave Liebman, quatre concerts, trois master classes ; merci Maître !

2015 – Betty Jardin

Peu de technique, une immense émotion, à chaque fois ; c'est elle les paroles de mes musiques.

2016 – Normandie 5tet + one

Une espèce d'hommage au swing, à Miles à Art à Charlie, car nous sommes tous « Charlie par cœur »

2018

Sorties de CD :

Et toujours... Le Minifest, Jazz au El Camino, Jazz à La Poterne, Jazz à La Cale...

accueil | biographie | groupes | disques | peintures | concerts
Minifest | La Cale | La Poterne | El Camino | Arts Vivants | contact | acheter un CD
 
site réalisé par Stéphane Barthod