Accueil        

 

samedi 24 mars 2012 
    À ne pas manquer :
Jean-Luc Ponty au Châtelet
 

 

 

   

Jean-Luc Ponty sera au théâtre du Châtelet le 11 avril prochain pour un concert exceptionnel célébrant 50 ans de jazz innovateur.

Nous ne reviendrons pas ici dans le détail sur la carrière particulièrement riche du violoniste : pour cela, rendez-vous plutôt sur le dossier spécial Jean-Luc Ponty qui lui est dédié sur Jazz à Caen. En revanche, voici dans les grandes lignes le programme qui attend les heureux spectateurs qui assisteront à la soirée, organisée en deux parties :

1ère partie
Jean-Luc Ponty + orchestre symphonique

Le violoniste jouera dans un premier temps accompagné de l'orchestre Pasdeloup dirigé par Vincent Renaud, avec William Lecomte au piano.

Au répertoire, des morceaux déjà enregistrés avec le groupe sur différents albums, avec des arrangements nouveaux (signés Tim Garland et Christophe Dal Sasso) qui seront joués pour la première fois au Châtelet, sauf un morceau ancien de l'album Civilized Evil orchestré en 1984 pour le tout premier concert avec orchestre symphonique du violoniste, à Montréal. Un nouvelle composition, totalement inédite, est également prévue au programme.

À noter : Jean-Luc Ponty jouera de nouveau sa musique accompagné par un orchestre à au moins deux occasion cette année, le 7 octobre avec Orquestra Sinfônica do Paraná dirigé par Osvaldo Ferreira à Curitiba (Brésil) et le 25 octobreavec le HR Big Band dirigé par Jim McNeely à Francfort (Allemagne)

2ème partie
Jean-Luc Ponty + invités

Deux trios à ne pas manquer :

  • avec Biréli Lagrène à la guitare et Stanley Clarke à la contrebasse, dans la lignée de Rite of Strings (avec Al Di Meola à la guitare) ou de Trio ! (avec Bela Fleck au banjo)

  • le mythique trio HLP avec Daniel Humair à la batterie et Eddy Louiss à l'orgue Hammond ! Rappelons ici qu'en 1964, les trois musiciens étaient déjà réunis sur le premier album du violoniste, Jazz Long Playing, avec selon les pistes Gilbert Rovère ou Guy Pederson à la contrebasse et, sur deux titres, Michel Portal à la flûte. En 1969, c'est avec la formule du trio qu'on les retrouve sur un album enregistré en public au Caméléon de la rue Saint-André des Arts : une configuration inédite et orginale qui se reforme ici pour la première fois 43 ans plus tard.

            
 

Voir aussi

 

Accueil    
accueil sommaire haut de page