Accueil        

 

vendredi 
28 décembre 2007 
    Les Rencontres de l'Instant
 

Rencontres de l'Instant 
 

 

    Le Collectif Jazz de Basse-Normandie, toujours très actif, organise les Rencontres de l'Instant, festival des musiques improvisées, du 25 au 27 janvier 2008 à l'Espace Culturel Paul Eluard de Blainville sur Orne.


Au programme :

Vendredi 25

20h30 – Quentin Sirjacq / Jean-Marie Ségrétier

   Cette première soirée sera l’occasion de (re)découvrir le pianiste Quentin Sirjacq dans un solo à mi-chemin entre l’écrit et l’improvisé. Ce musicien, qui s’illustre aussi bien dans le domaine du piano préparé que dans celui des musiques électroniques, est attiré depuis longtemps par la « free music » et a collaboré entre autre avec Joëlle Léandre, Fred Frith... D’une culture musicale très éclectique, Quentin Sirjacq est à la fois improvisateur, interprète de musique contemporaine, compositeur pour le cinéma et la danse.
   En deuxième partie, le flûtiste Jean-Marie Ségrétier nous présentera un répertoire de « standards » de la Renaissance au baroque (trio composé d’un dessus, d’une basse et d’un clavecin). Fondateur de l’ « Association pour le Rayonnement de la Musique Ancienne en Basse Normandie », Jean-Marie Ségrétier est particulièrement attaché à la dimension improvisée de ces musiques. Ce concert se fera dans un esprit d’échange avec le public ; les musiciens expliciteront et illustreront les différentes formes d’improvisation (de l’ornementation à l’improvisation pure) à partir de thèmes de la Renaissance et de l’époque baroque.
 
 
 
Samedi 2
6

9h30 – Stage d'initiation à l'improvisation

   La participation à ce stage ne nécessite aucun niveau musical particulier.
 
 
à partir de 18h00 – Soirée TZO

18h00 – 13 à table

Programme à la carte... Du solo au quintet, petites formations constituées ou originales avec :
 
Soledad Zarka : jouets, cithare, objets, capteurs, boucles…
(Perpignan)
Heddy Boubaker : saxophone alto (Toulouse)
Nicolas Souchal : trompette, bugle (Tours)
Arnaud Benoit : batterie (Le Mans)
Nush Werchowska : piano, objets (Rennes)
Soizic Lebrat : violoncelle (Nantes)
Sébastien Capazza : saxophone ténor (Bordeaux)
Mathias Pontevia : batterie (Bordeaux)
Patrick Martin : saxophone alto (Caen)
Guylaine Cosseron : voix (Caen)
Jean Baptiste Perez : saxophones, flûtes (Saint
germain d’Ectot-14)

Pascal Vigier : batterie (Caen)
Nicolas Talbot : contrebasse (Caen)

 
  
21h00 – Terrific Zieu M'Zic Orchestra
 
 
Dimanche
27

17h00 - Solo Jean-Luc Guionnet (sax)
 
Musicien poly-instrumentiste (saxophone alto &
soprano, orgue, piano) mais aussi plasticien, Jean-Luc
Guionnet multiplie les collaborations les plus diverses :
Des ensembles d'improvisation que sont Schams ou
Hubbub à la musique électroacoustique en passant par
le cinéma expérimental, il allie une approche très
physique du jeu, du souffle, à un travail de mise en
espace du son, à travers des dispositifs sonores
complexes.
 
 
18h00 - Nerve invite Jean-Luc Guionnet
 
Nerve est le fruit d’un travail d’exploration sonore qui date de plusieurs années et d’une complicité due aux nombreux projets commun (Kairos, D. B. P). Ils improvisent de manière très ouverte en détournant aussi bien du matériel électronique que la voix pour créer ainsi une matière sonore aux différentes textures. Un espace sonore, certainement venu d’ailleurs, s’ouvre devant nos oreilles…
 
Patrice Grente : électronique / Deborah Lennie-Bisson : voix, électronique / Jean-Luc Guionnet : saxophone
 
Dans le cadre de cette soirée, le Conservatoire National de Région organise une Master Class publique avec Jean-Luc Guionnet le lundi 29 janvier à 14h. 
(Entrée libre, renseignements au CNR)
 
 
19h00 - Solo Axel Dörner (trompette)

Après des études de piano, Axel Dörner se tourne vers la trompette et se produit dans différents groupes de jazz avant de former à Cologne un quartet déterminant avec Frank Gratkowski, Hans Schneider et Martin Blume. Installé à Berlin en 1994, il se penche sur le répertoire de Monk, Dolphy et travaille avec Alex Schlippenbach, Aki Takase, Sven-Åke Johansson, Butch Morris... Axel Dörner fait partie de la récente scène de l’improvisation. Ce qui le caractérise, c’est la disparition de la phrase, assemblant des bruits abstraits, des miniatures de souffle. Abstraction qui renvoie aux nouvelles esthétiques électroniques, un son qui semble perdre son caractère acoustique comme généré par un dispositif électronique pour une belle ambiguïté sonore.
   L’accueil d’Axel Dörner aux Rencontres de l’Instant est possible grâce à un partenariat avec Le Crime (Lille) et le Goethe Institut.

 
 

Voir aussi :

 

Accueil    
accueil sommaire haut de page